ZOOM sur… Amarante

Nous vous proposons de découvrir chaque semaine une des 18 artistes exposées cette année à Dijon et Paray le Monial. Cette semaine, découvrons « Amarante », formé d’un duo de créatrices.

– En quelques mots :
Respectivement nées en 1961 et en 1969, Catherine Derrier et Nathalie Fritsch vivent et travaillent à Sens (Yonne). Elles se sont rencontrées alors qu’elles étaient assistantes du peintre Jean-Pierre Pincemin. Depuis, elles mènent régulièrement un travail à quatre mains où le papier, la lumière et le temps tiennent un rôle primordial.

– Dans l’exposition : A Paray le Monial

Amarante
Amarante « J’entre dans mon jardin,
ma soeur, ma bien-aimée. », 2013
Rhodoïd et cire avec phrases du Cantique
des Cantiques, H. 420 ; l. 334 cm

 

Sur cette grande cimaise située dans la dernière galerie du musée se déploie l’œuvre créée in situ par les deux artistes,librement inspirée des ouvrages de paperoles* des moniales.

Le poème biblique du Cantique des Cantiques est ici imprimé sur un support transparent,
partiellement trempé dans de la cire d’abeille afin d’accentuer les jeux d’ombres.
Le dessin ornemental des papiers roulés et son intention invasive s’articule autour du vide
d’une mandorle.

* Les « paperoles » désignent de fines bandelettes ou frisures de papier enroulées sur elles-mêmes et fixées sur un support ou dans un cadre. Elles se répandent à partir du 17e siècle dans les monastères pour la décoration minutieuse de petits tableaux-reliquaires. Le musée du Hiéron en possède quelques uns.

 

– En cours de création :

 

 

A Dijon

Amarante, noces de papier, 2009, pétales de papier de soie
Amarante, noces de papier, 2009, pétales de papier de soie

Leur œuvre est exposée dans la pénombre de la sacristie des moniales.

Les deux créatrices, Catherine Derrier et Nathalie Fritsch, utilisent tous les types de papiers (kraft, journal recyclé, feuilles de soie…) qu’elles plient, roulent, découpent, huilent, vernissent, brûlent en se réappropriant d’anciennes techniques. « On le croit fragile, mais lorsqu’on le travaille on se rend vite compte qu’il n’a que l’apparence de la fragilité »

 

Suivre leur travail : http://amarantesurfacesdesign.blogspot.fr/

 

 

 

http://youtu.be/ZzBpmA2GERM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *