Conférences

En 2017 :

  • Jeudi 5 octobre 2017, 18h  » Un exemple de l’apport des reliquaires dans la connaissance d’une société : le reliquaire de Saint-Césaire d’Arles (1429) ».
    Dans le cadre de l’exposition « Reliquaires en papier roulé, des trésors de ferveur », Alain Girard, conservateur honoraire du patrimoine, donnera une conférence autour des reliques et reliquaires.
    Gratuit
    Durée : 1h15
    Renseignements : 03 85 81 79 72

    L’exposition de reliques et reliquaires dans une institution muséale est l’occasion de poser un regard actuel sur ces objets de culte qui sont aussi de passionnants objets d’histoire. Après le rappel de la signification spirituelle des reliques dans la tradition chrétienne, l’exemple du reliquaire de Saint-Césaire d’Arles servira de fil conducteur de la conférence au musée du Hiéron.

    Alain Girard, initiateur et conservateur du musée d’art sacré du Gard à Pont-Saint-Esprit jusqu’en 2016, a consacré l’ensemble de sa carrière de conservateur en chef du Patrimoine aux musées du Département du Gard. Après avoir soutenu une première thèse en 1977 et multiplié les expériences dans le domaine archéologique et muséal, Alain Girard est nommé conservateur départemental des musées du Gard en 1988. L’idée de créer un musée d’art sacré se concrétise la même année par l’achat de la Maison des chevaliers à Pont-Saint-Esprit. Ce musée laïque d’art sacré du Gard, ouvert en 1995 explore le sacré comme forme de culture et non de catéchèse. Il est le lieu d’expression, non du sacré, mais du regard que notre société porte sur lui dans sa marche désacralisée.
    Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques (1996) et officier de l’Ordre des Arts et Lettres (2015), Alain Girard est aujourd’hui co-directeur de la revue internationale « Analecta Cartusiana » dédiée à l’Ordre des chartreux.

     

 

  • Mercredi 5 juillet, 17h30
    « Le beau, la grâce et le sublime », par Baldine Saint Girons, membre honoraire de l’Institut universitaire de France et Professeur émérite de Philosophie des 17e et 18e siècles à Paris Ouest Nanterre La Défense
    Programme Festival Bourgogne du Sud
    Gratuit
    Renseignements : 03 85 81 79 72

    Faut-il rechercher la dignité du beau, la gravité du sublime ou la suavité de la grâce ? Autrement dit, faut-il plaire, inspirer ou charmer ? Le beau ne saurait manquer d’harmonie, mais peut être affecté de médiocrité. Le sublime, lui, sort de la médiocrité, mais exerce une certaine violence. Quant à la grâce, elle rompt avec la violence, mais la beauté et l’originalité peuvent lui faire défaut.
    L’admiration va à ce qui plaît, l’étonnement à ce qui inspire, la gratitude à ce qui charme. Burke dégage, au milieu du XVIIIe siècle, ce qu’on peut appeler le dilemme esthétique entre beau et sublime. Il s’agira de montrer comment on est fondé aujourd’hui à parler d’un trilemme esthétique entre beau, sublime et grâce.
    Martine Chifflot a souhaité accueillir Baldine Saint Girons à l’occasion de cette quinzième édition du Festival de Bourgogne du Sud, consacrée aux Sublimia Caeli, ces hauteurs sublimes du ciel si remarquables en Pays Charolais-Brionnais. Le musée du Hiéron constitue la cadre adéquat pour une conférence de cette envergure qui offrira à tout un chacun les éléments essentiels à la réception esthétique des œuvres de l’art et de la nature.


 

 

En 2016 :

  • « Un artiste, une œuvre… Thomas Gleb et le Couvent de la transfiguration », Saint-Mathieu de Tréviers, 15 mai 2016, par Dominique Dendraël
  • « Reflets du monde : l’univers lumineux d’Hélène Mugot », Association Art, culture et Foi, Paris, 26 mai 2016, par Dominique Dendraël
  • Association Art Sacré en Côte d’Or (AASCO), « Artistes et communautés religieuses, des histoires rares », Dijon, 25 novembre 2016, par Dominique Dendraël