Musée en musique

Musée en Musique 

Le partenariat « Musée en Musique » entre le musée du Hiéron et différentes associations telles que les Amis de l’Orgue de Charolles et Les Amis de la musique du Charolais, Brionnais, Bourbonnais, poursuit depuis neuf ans un programme exigeant en matière musicale.
Dans l’environnement du musée, par une mystérieuse alchimie, la musique acquiert d’autres résonances, les collections s’animent… de nouvelles perspectives s’ouvrent grâce à cette conjonction des sons et des objets d’art.


Les concerts à venir…
proposés par les Amis de la musique 

Dimanche 20 octobre, 17h, « Pièces en concert » de Jean-Philippe Rameau

par l’Ensemble Masques, Olivier Fortin, clavecin et direction, Sophie Gent, violon, Melisande Corriveau, basse de viole

Les pièces en concert de Rameau constituent un ensemble de cinq suites toutes plus magnifiques les unes que les autres. L’expression « en concert » signifie qu’on joue en ensemble de musique de chambre. Ces interprètes, très célèbres dans le monde de la musique baroque, auront donné ce programme la veille…. à Versailles !

Réputé tant pour son expressivité et sa vitalité que pour son intégrité et sa précision, L’Ensemble Masques incarne pleinement la multiplicité de l’esprit du baroque. Réunis autour du claveciniste Olivier Fortin, les membres formant le noyau de l’ensemble mènent chacun des carrières de solistes et d’interprètes au sein de prestigieux ensembles internationaux de musique ancienne.


« Un après-midi à Versailles…  et au musée du Hiéron »…

Dimanche 3 novembre

15h « Saint-Simon inattendu »
lecture par Cécilia Roumi – entrée libre
17h « Marin Marais »
Jonas Nordberg, luth, et Liam Byrne, basse de viole

Que saurions-nous de Versailles sans l’inévitable St Simon ? Que serait la langue française sans ses écrits dont Cécilia Roumi nous montrera toute la subtilité, et l’humour !

Quant à Marin Marais, interprété par deux jeunes suédois étoiles du baroque, c’est le Versailles intime de Louis XIV qu’il nous permet d’approcher. Une musique à la fois touchante, mais aussi dansante et gaie.

Jonas Nordberg, jeune musicien suédois, maîtrise une grande variété d’instruments à cordes pincées du 16e au 19e siècle. Diplômé de l’université Mozarteum de Salzbourg (Autriche), il se produit dans le monde entier (États- Unis, Japon, Europe…) en solo, au sein d’un groupe de musique de chambre ou dans des grands ensembles musicaux.
Liam Byrne, joue à la fois les répertoires anciens et contemporains à la viole de gambe. Son intérêt pour les instruments anciens des 16e et 17e siècles et leurs répertoires constitue un leitmotiv pour ses projets très divers qui l’ont mené par exemple à composer une installation sonore pour le Albert & Victoria Museum en 2017.

Cécilia Roumi commence le chant au Conservatoire à Rayonnement Régional de Lyon. Elle se forme auprès de Caroline Dangin-Bardot au chant
baroque au Conservatoire de Levallois puis intègre en 2015 la Schola Cantorum de Bâle dans la classe d’Ulrich Messthaler et obtient son diplôme de Bachelor en 2018. Parallèlement à sa carrière de chanteuse, Cécilia Roumi est aussi agrégée de lettres modernes.


Vendredi 20 décembre, 20h30, « Le manuscrit du Puy »
Concert de Noël 

par l’ensemble Gilles Binchois (dir. Dominique Vellard)

Précédé d’une clé d’écoute par Jean-Christophe Marti, compositeur à 18h

Nous poursuivons notre partenariat avec l’ensemble Gilles Binchois avec ce programme en exclusivité. En effet, ce recueil exceptionnel est révélateur de la pérennité des répertoires musicaux au fil des siècles. Il contient des chants pour tout le déroulement de la fête de la Circoncision, qui est aussi celle du Nouvel An, englobant toutes les heures liturgiques du jour, pendant 24 heures. Le programme choisi retient les premières Vêpres et une partie des Matines.

Après plus de 3 décennies d’activités, l’Ensemble Gilles
Binchois garde le même enthousiasme qu’à ses débuts pour défendre les répertoires du Moyen-âge et de la Renaissance et la longue tradition de la musique d’Eglise jusqu’au 19ème siècle. Ses réalisations ont octroyé à l’ensemble une place essentielle dans l’histoire de l’interprétation et dans la diffusion des répertoires de la musique ancienne.


Dimanche 24 mai, 17h, « Marie-Antoinette à Versailles » 

par Clara Izambert-Jarry, harpe et Maïlys de Villoutreys, chant

Genre de prédilection des salons musicaux de la seconde moitié du XVIIIème siècle, la romance, à la sentimentalité souvent naïve, a inspiré de nombreux compositeurs de l’époque comme Martini, Grétry, Jadin, Boieldieu ou encore Naderman. Elle s’écoute dans le cadre domestique, mais aussi sur de grandes scènes, insérée dans les opéras-comiques, et deviendra source d’inspiration pour les premiers lieder Outre-Rhin.
Accompagnées par la harpe dès 1760 sous le nom « d’ariettes » ou encore « chansons » mais aussi par le piano à son apparition à la fin du siècle, ces nouvelles chansons voient graviter autour d’elles de nombreuses personnalités féminines, dédicataires, interprètes et compositrices,
comme la Reine Hortense ou plus tard, Sophie Gail. Le règne de Marie-Antoinette, elle-même férue de musique, harpiste et chanteuse, ouvre une période faste pour ces romances réunissant la voix et la harpe.
Ces petits poèmes chantés décrivent l’amour, souvent douloureux, mais sont aussi parfois le reflet du patriotisme naissant, et annoncent, à travers un sentiment exacerbé de la Nature, l’avènement d’une nouvelle sensibilité romantique.

Clara Izambert-Jarry obtient ses prix de harpe, de musique de chambre ainsi que son diplôme d’enseignement (CA) au CNSM de Paris tout en se perfectionnant aux côtés de Marielle Nordmann. Suite à l’obtention d’un prix d’orgue et à la découverte des harpes anciennes, elle se spécialise dans les répertoires plus anciens et méconnus. Elle se produit aussi bien avec des formations de chambre (quatuors Ébène et Girard, Trio Dauphine) qu’au sein de grands orchestres, comme l’orchestre de l’Opéra de Paris.
Depuis 2009, elle est harpiste solo de l’ensemble sonorisé Le Balcon. Clara Izambert-Jarry enseigne au Conservatoire d’Amiens, au pôle supérieur de Lille et est soutenue par le Mécénat Société Générale (2011), lauréate de la Fondation de France et obtient le Grand Prix Tissier-Grandpierre de l’Institut de France (2013).
Maïlys de Villoutreys, soprano, a étudié à Rennes, puis à Paris au CNSM, où elle a obtenu brillamment son prix en 2011.
Passionnée par le répertoire baroque, elle collabore régulièrement avec de nombreux ensembles spécialisés (Pygmalion, Les Musiciens du Louvre , Amarillis, Les Folies Françoises…), et se produit sur les plus grandes scènes françaises et internationales.
Sa discographie inclut deux récitals : Il Pianto della Madonna avec l’ensemble Desmarest (2016 – BRecords), et des Chansons de Laborde avec le Trio Dauphine (2015 – Evidence Classics).
Vivement intéressée par la création contemporaine, elle a créé les œuvres de plusieurs compositeurs actuels, comme Gérard Pesson, Ramon Lazcano, ou encore Antonio Juan-Marcos.


Tarifs : 15 € / 13 € tarif adhérents association,  gratuité pour les – de 18 ans, étudiants, minima sociaux
Réservation conseillée (places numérotées) : 03 85 81 79 72 – 06 40 90 71 45


Les concerts passés au musée en 2019…


Mercredi 20 mars, 18h : présentation de la saison 2019 –gratuit
Concert « Le Délire des lyres » (chant, luth, viole de gambe et théorbe)

par Marco Horvat et Francisco Manalich
Artistes multiples, Marco Horvat et Francisco Manalich abordent la musique ancienne en dehors des sentiers battus. S’accompagnant eux-même au luth comme cela se pratiquait au XVIIe siècle, ils livrent un concert singulier et plein de charme.


Mardi 26 mars, 20h30 : « Les Sept dernières paroles du Christ » de Josef Haydn

par le quatuor Kuijken
Sigiswald Kuijken, immense violoniste, a été l’un des pionniers dans la recherche sur la technique de jeu des instruments à cordes de l’époque baroque et a redécouvert la viola da spalla. Il joue pour nous avec son quatuor « Les Sept dernières paroles du Christ » de Haydn, dont les textes magnifiquement lus par Marleen Thiers donne une grande profondeur à cette œuvre émouvante.


Mardi 30 avril, Soirée musicale (clé d’écoute et concert) « Contrapunctus »

par l’ensemble Les Récréations
18h  : clé d’écoute – gratuit
20h30 : Concert « Contrapunctus »
Mathieu Camilieri, qui dirige cet ensemble, proposera une « clé d’écoute » avant le concert pour nous introduire dans l’univers contrapuntique de Bach, finalement plus ludique qu’on pourrait le penser … suivi du concert donné par l’ensemble Les Récréations.


Vendredi 21 juin, 20h30, Fête de la musique, concert de musique iranienne – gratuit 

par Bijan et Maryam Chemirani, percussions et chant
En lien avec la peinture Qajar en dépôt au musée du Hiéron (prêt du Mucem – Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée – de Marseille), nous vous proposons un concert de musique iranienne traditionnelle, donné par deux grands musiciens. Bijan et Maryam Cheminari se produisent partout dans le monde et dévoilent les possibilités infinies des percussions et du chant persan. Ces musiciens aux allures de poètes cherchent à trouver un langage commun entre les différentes cultures.


Samedi 13 juillet, 20h30, « Récital autour de Robert de Visée »

par Jonas Nordberg, théorbe
Nous avons demandé à ce jeune mais admirable musicien norvégien de venir tout spécialement de son pays pour nous jouer des œuvres de ce compositeur assez méconnu, mais qui mérite une attention particulièrement soutenue. Il jouait du luth et de la guitare, mais surtout du théorbe, ce grand luth au manche interminable ! Louis XIV avait une admiration sans limite pour de Visée, qui, le soir, venait l’aider à s’endormir en compagnie de Jean Racine…


En juillet 2018, l’ensemble Faenza a réalisé un enregistrement au musée pour le label Hortus « Air de Cour de Charles Dassoucy ». Découvrez leur clip :